Liberté chérie : chronique familiale d’un voyage en Campervan

En vacances, adeptes du nomadisme, nous aimons bouger et ne jamais rester au même endroit plus de deux jours d’affilée. C’est pourquoi, cette année nous avons opté pour la solution du campervan, le chaînon manquant entre le camping-car et la voiture. Notre but est de présenter aux voyageurs encore hésitants, les inconvénients et les avantages de ce mode de vacances itinérantes.

Côte de la mort; Galice, Espagne

 

Nous avons tous en tête l’image des hippies des années 70, vêtus de pantalons pattes d’éléphant, de chemises à fleurs, portant barbes, cheveux longs et se déplaçant en combi Volkswagen surmonté de planches de surf. Qu’il a pu nous faire rêver ce petit véhicule trapu et coloré, symbole de liberté ! De plus en plus de sociétés ou de sites entre particuliers, surfant sur la vague vintage et le revival des années 70, proposent à la location ou à la vente le van mythique.

Entre temps, le baba s’est embourgeoisé, et, devenu bobo roule dans le combi de la même marque, le confort en plus.

Le voyage

Nous sommes partis de Bordeaux à 4 pendant 2 semaines, pour finir à 2 les dix derniers jours de voyage. Notre périple de 4200 kilomètres nous a conduits à travers le pays basque, les Pyrénées françaises et espagnoles, La Castille, la Cantabrie, les Asturies et la Galice… De quoi avoir des images plein la tête. Le trajet fut loin d’être rectiligne (voir le détail ci-dessous)*. Au départ, nous avions seulement décidé de quelques étapes importantes : le festival Jazz in Marciac, le musée Guggenheim de Bilbao, Los Picos de Europa et Saint Jacques de Compostelle. Le reste de nos pas furent guidés par nos envies, nos coups de cœur et surtout par les aléas de la vie familiale avec des adolescents : aller rechercher l’un dans un aéroport, déposer l’autre dans une gare. Nous avons dormi dans des campings, à la ferme et fait du camping sauvage. Même en plein mois d’août, nous n’avons jamais rencontré aucune difficulté.

Musée Guggenheim, Bilbao, Espagne

Les caractéristiques du véhicule

Le Van que nous avons loué à une société spécialisée est un modèle Campervan California Coast de chez Volkswagen, prévu pour 4 personnes. Il se compose de 2 couchages situés dans la tente de toit relevable électriquement et de deux autres que l’on obtient en rabattant les sièges, d’une petite cuisine équipée de deux plaques électriques, d’un réfrigérateur, de deux placards, d’un auvent, d’une table à l’intérieur et d’une autre à l’extérieur, de 4 chaises et d’une douchette à l’extérieur. Les lits sont vraiment confortables. Quand je vous disais que les babas s’étaient embourgeoisés !

Saragosse, Espagne

Au départ, la mise en place fut un peu compliquée car nous avions apporté un peu trop de bagages. A cet égard, il est fortement conseillé de prévoir des sacs plutôt que des valises trop encombrantes, ou mieux, des caisses pour ranger les vêtements et autres babioles nécessaire en vacances. De toute façon, la règle d’or est de toujours « voyager léger ».  Surtout, lorsque l’on est 4, il faut prévoir une tente de délestage pour mettre les bagages durant la nuit ou éventuellement des vacanciers en quête d’un peu de solitude… Finalement, au bout de deux jours, chacun et chaque chose a trouvé sa place. De petits rituels se mettent rapidement en place et chacun se trouve une fonction…ou pas : monter la tente, déplier l’auvent, faire la cuisine, la vaisselle.

Vous l’aurez compris, l’un des inconvénients du Van, c’est qu’il est un peu petit pour une famille de 4 personnes. On se marche vite sur les pieds et les genoux…Alors, deux impératifs catégoriques sont à respecter : patience et ordre ! 4 paires de chaussures au milieu du chemin et autant de chaussettes peuvent rapidement vous pourrir la vie et devenir source de conflit. C’est fou ce que l’on peut perdre de choses dans un endroit aussi petit !

L’absence de toilettes et éventuellement de douche (mais on s’habitue vite à ne pas en prendre régulièrement) peut constituer un autre type d’inconvénient. Et oui, il faut bien aborder le sujet ! Quand l’on s’arrête dans des campings, le problème ne se pose pas, mais c’est surtout en camping sauvage ou lorsque l’on se décide de s’arrêter dans des aires réservées à des camping-car qui en possèdent…eux ! Cependant, il existe des toilettes sèches.

Ermitage, Espagne

Liberté chérie !

Après, l’évocation de ces petits désagréments, le voyage en campervan, ce n’est que du pur bonheur !

A la différence du camping-car, le van peut aller absolument partout, aussi bien en ville, dans des ruelles étroites que dans des chemins de terre. En effet, il est en plus doté de 4 roues motrices, ainsi que d’une motorisation de 150 chevaux. Si bien qu’il ne se traîne pas sur les routes…

Comme tout type de voyage itinérant, le van offre un sentiment de liberté absolue. Quel bonheur de ne pas avoir de contraintes, de décider sur un coup de tête de s’arrêter à un endroit pour admirer le paysage et d’y rester, de changer d’itinéraire au dernier moment, de prendre des chemins de traverse, des itinéraires bis, de faire la sieste au milieu de nulle part !  Le voyageur itinérant se plie à l’esprit d’escalier qui est désormais le sien. D’ailleurs, très vite, le voyageur se trouve déconnecté et la notion de temps devient plus floue, uniquement rythmée par des actions simples : se lever, plier bagage, choisir un itinéraire, trouver un lieu pour dormir, tout déplier à nouveau. Une bonne façon de revenir à l’essentiel et d’éliminer le superflu. Peu à peu, une certaine nonchalance et un laisser-aller s’installent. Et l’on se prend alors à rêver à de très longues vacances au rythme du soleil et de la nature. On the road again !

En conclusion, un excellent mode de voyage qui favorise le sentiment de liberté, l’autonomie,  l’éclectisme touristique, mais peu adapté aux personnes recherchant le confort et aux familles nombreuses et/ou avec de très jeunes enfants.

Arrivée de pélerins à Saint-Jacques de Compostelle, Espagne

 *Le trajet : Bordeaux, dune du Pilat, Sauveterre en Béarn, gorges de Kakuetta, Marciac (Gers), Pau, Vallée d’Aspe, Huesca, Saragosse, Pampelune, Bilbao, Picos de Europa, Costa de la muerte, Saint-Jacques de Compostelle, Hendaye, Bordeaux.
Pour aller plus loin  : 

          un livre et un site : 

http://driveyouradventure.com/

          des applications pour les voyageurs :

https://www.park4night.com/

https://www.gamping.fr/

https://www.eurocampings.fr/

Catherine Jubert

 

 

 

 

 

 

 

 

Balade artistique à Sète

Fragment de l’Immaculée Conception © DR

Certains ou certaines partent à l’autre bout du monde pour voir du pays. Expédition onéreuse et pas forcément réussie. Il est si simple d’arriver à Sète par le train, la gare garde encore les traces du festival de photos Images singulières, d’enjamber le canal qui la longe et d’entrer en terra incognita. Je vous invite à une balade en trois actes dans les rues de Sète.

La première nous emmènera au musée Paul Valéry, d’inspiration Le Corbusienne, enseveli dans la verdure, accroché au Mont Saint-Clair et surplombant le cimetière marin où reposent Paul Valéry et Jean Villar. L’exposition temporaire y est consacrée à un chef d’œuvre du Greco « L’Immaculée Conception », œuvre centrale du triptyque de la chapelle Oballe de Tolède.

L’archipel Di Rosa

La seconde nous entraînera au bord des canaux, face au palais consulaire, drôlatique témoin de la richesse de Sète dans les années 20, pour visiter le MIAM, Musée International des Arts Modestes, et son exposition conçue par Hervé Di Rosa, « En toute modestie, l’archipel Di Rosa ». Le peintre, créateur et concepteur du musée, a invité ses amis pour qu’ils dessinent avec lui sa cartographie du monde artistique et humaine.

Un ballon sur la ville © MN

Le troisième acte sera le trait d’union entre les anciens et les modernes, une visite non exhaustive du MaCO, le musée à ciel ouvert de Sète. Poésie, humour, beauté ou caricature se déclinent à tous les angles de rue et à tous les étages.

L’Immaculée Conception du Greco à Sète

En toute modestie/L’archipel Di Rosa

MaCO : la culture au quotidien

L’Immaculée Conception du Greco à Sète

Vierge sous la lumière de la colombe © DR

L’œuvre du Greco, L’Immaculée Conception de la Chapelle Oballe, prêtée par le musée Santa Cruz de Tolède, est visible au musée Paul Valéry.

Cette exposition est exceptionnelle à plus d’un titre ; l’œuvre est en elle-même remarquable, mais la scénographie qui l’entoure l’est tout autant. Cette Immaculée Conception est l’œuvre ultime du peintre. Il meurt avant de l’avoir vu accrochée dans la chapelle Oballe à Tolède. Le parti-pris de la conservatrice du musée Maïté Vallés-Bled est radical : une œuvre, une exposition. Grâce à cette innovation, on peut goûter, déguster, décortiquer le tableau, sans la nuisance de la foule et de la promiscuité. Confortablement installé dans de profondes banquettes blanches, on peut regarder de près, de loin, d’un côté, de l’autre, aller, venir et revenir sans contrainte. Quatre films éclairent l’œuvre, le premier reprend la vie du Greco, le second met le tableau dans son contexte historique, le troisième analyse l’œuvre en tant que telle et le quatrième souligne l’influence du Greco sur les artistes contemporains, après un oubli de quasiment deux siècles.

Domenikos Theotokopoulos, dit Le Greco, est né en Crète en 1541. Formé à la technique des icônes byzantines, très jeune il s’ouvre à d’autres manières. En 1566, il part pour Venise, étudie dans l’atelier du Titien, suit l’enseignement du Tintoret. Chez le premier, il trouve une nouvelle conception du portrait, chez le second il découvre la notion de l’espace et la disposition des personnages à l’Occidentale.

Puis départ pour Rome, où il s’installe au Palais Farnèse à l’invitation de son propriétaire. Il y côtoie les peintres maniéristes Sermoneta, Zuccari et Muziano.

En 1576, fort de ce bagage artistique, Greco quitte l’Italie, pour l’Espagne, Madrid, puis Tolède en 1577. Il y vivra trente sept ans. Il y meurt le 7 avril 1614.

L’Assomption © DR

Tolède, à cette époque-là, est le centre de la vie artistique, intellectuelle et religieuse de l’Espagne. C’est aussi l’apogée de la contre-réforme, avec ses interdits et ses peintures édifiantes à l’usage du peuple. Greco se consacre ainsi quasi exclusivement à la peinture religieuse, délaissant la peinture profane, avec une exception pour les portraits. En revanche, ses proches et son entourage lui servent de modèles. Dans « L’Enterrement du Comte d’Orgaz », réalisé en 1586 pour l’église San Tome, il peint son fils, Jorge Manuel, né en 1578. Il vit au gré des commandes de l’église, menant grand train. Il mourra ruiné.

Pour revenir à cette « Immaculée Conception » de la Chapelle Oballe, il faut dire un mot de Doña Isabel de Oballe, la bienfaitrice à l’origine de l’œuvre. Elle nait à Tolède au début du 16e siècle, elle émigre très jeune, en 1530, au Pérou, se marie une première fois, devient veuve, puis se remarie. Elle rentre en Espagne, à Tolède sa ville natale, et lègue par testament la somme nécessaire pour ériger une chapelle consacrée à l’Immaculée Conception, dans l’église San Vicente.

La décoration de la chapelle est confiée à un peintre génois Alessandro Semini qui meurt en 1607. C’est Greco qui va reprendre le projet. Il conçoit un triptyque, Saint Pierre et Saint Idefonlso encadrant la pièce maîtresse, une huile sur toile de 3m47 de haut sur 1m74 de large. Pour décorer la coupole, une Visitation. Aujourd’hui, l’Immaculée conception est visible au musée Santa Cruz de Tolède.

Vue de Tolède © DR

Grâce aux dimensions très particulières du tableau, l’ascension vertigineuse de cette vierge a entrainé une confusion durable, laissant croire que le sujet était une Assomption. La verticalité y est nuancée par l’alternance des personnages et les jeux d’ombre et de lumière. La base du tableau est une vue de la ville de Tolède, faiblement éclairée par deux lunes, cachées à demi l’une par l’ange porteur, l’autre par un nuage. Cet ange à la robe jaune safran et aux ailes déployées semble porter les chérubins et la vierge Marie. Ses pieds reposent sur le seul élément concret et terrestre de la toile, un bouquet de roses et de lys, aux couleurs franches. La vierge est vêtue de moire bleu pastel et rose, en rappel de la tunique de l’ange musicien qui occupe le haut du tableau à gauche en répons à l’ange porteur. Un Saint Esprit, sous la forme d’une colombe, symbolise le soleil et illumine le haut du tableau. Rien de sensuel dans cette composition rigoureuse qui a pour fonction de convaincre le plus grand nombre de la véracité de l‘Immaculée Conception, la contre-réforme militant ardemment pour que cette croyance devienne un dogme. Le débat fait rage. C’est seulement plus de deux siècles plus tard, le 8 décembre 1854, que sera décrété, par bulle papale, le dogme de l’Immaculée Conception. Cette toile est la réponse mystique du peintre.

Un ange musicien © DR

Point n’empêche que cette controverse a inspiré à Gréco un de ses chefs-d’œuvre, considéré comme son testament artistique, et qu’il est visible à Sète, au musée Paul Valéry, dans des conditions optimum.

Ouvert tous les jours sauf le lundi
http://museepaulvalery-sete.fr/

En toute modestie/L’archipel Di Rosa

Around the Eye in One Day-2013, Cables de téléphone tressés
© Pierre Schwartz

Ce « En toute modestie/L’archipel Di Rosa » invite à l’humilité. Loin des proclamations et autres artistes auto-proclamés, cette exposition est une immersion dans un monde sans repère.

Grâce à un polycopié remis à l’entrée, on peut suivre l’itinéraire de l’exposition et identifier ainsi les peintres, sculpteurs, ou vidéastes. Rien sur leur histoire. Ils sont là. Les connus, les inconnus, tous sur le même plan. Un trait d’union, le regard que Di Rosa porte sur les créateurs qui composent son univers.

Otobong Nkanga
In Pursuit of Bling : The Transformation
2014 – Tapisserie © DR

Cette exposition oblige à reconsidérer les idées reçues sur la notoriété et la reconnaissance. Qu’on ne connaisse pas telle ou tel artiste n’a finalement aucune espèce d’importance. Ils vous évoquent quelque chose ou pas. Cette visite du MIAM se transforme en une excursion indolente, énergique, rageuse, sensuelle ou émerveillée, toutes les émotions de l’âme humaine étant convoquées pour ce grand chambardement artistique qu’est la visite de cet archipel sans frontières.

Herve Di Rosa – Marion Auburtin & Benjamin L.Aman © Ph. Pierre Schwartz

On ralentit, on presse le pas, on s’arrête, on médite, on s’émeut et on découvre des œuvres et des artistes. Libre au visiteur de chercher des informations ou pas. Cette Marion Auburtin, dont j’ignorais même le nom, a attiré mon regard avec ses poupées-boîtes à musique situées à l’ombre d’une des rares œuvres exposées de Hervé di Rosa. Ce dernier avait poussé, jusqu’à présent, la modestie à refuser d’être exposé dans son musée, faisant mentir l’adage « A tout seigneur, tout honneur. » La commissaire de l’exposition Julie Crenn a tenu à l’inclure dans ce pêle-mêle artistique. Et c’est tant mieux.

Relicario-1993-Epreuve chromogène contrecollée sur dibond © Pilar Albarracín

Cette exposition fait la part belle aux femmes. J’en ai retenu trois, Marion Auburtin et ses céramiques noires et blanches, Otobong Nkanga, la Nigériane, et ses dessins fragiles et colorés, ici une tapisserie, et ma préférée Pilar Albarracin et ses façons foutraques de vivre la vie. Elle s’était représentée vêtue en torero, juchée sur des talons aiguilles, portant une cocotte minute. Aujourd’hui, elle offre un torse de matador, arborant un pendentif mêlant une vierge quelconque et un portrait de femme qui semble être son autoportrait.

Cet archipel est à visiter sans plus attendre.

Ouvert tous les jours
https://www.miam.org/index.htm

MaCO : la culture au quotidien

Comme une estampe japonaise © MN

KLive Festival, ou festival des cultures urbaines, invite chaque année, pendant dix jours, des artistes de street art. De fil en aiguille, ou plutôt de bombes en pinceaux, les murs de Sète se sont couverts de fresques colorées. Le moindre mur aveugle est livré à l’inspiration du graffeur. Depuis dix ans, se constitue ainsi la collection du MaCO, Musée à ciel ouvert.

 

Le safari sétois © MN

 

Quai du Général Durand, c’est un pauvre hâve qui tire une carriole pleine de touristes, habillés comme pour un safari, équipés de jumelles et appareils photo. Mais posée délicatement sur son dos, « une ange », plantureuse, coquine et légère, lui insuffle la force de tirer.

Bonhomme sur monstre à deux bouches © MN

Dans le quartier haut, rue des Députés, « Le Penseur de Sète » jette un œil désabusé sur la ville. Grande rue Haute, une gigantesque estampe japonaise, plus bleue que le ciel sétois, illumine un carrefour. Un peu plus bas, un ballon rouge déverse ses cœurs sur la cité. Place de la Mairie, M. Chat donne ses consignes. Des animaux fantasmagoriques aux couleurs rutilantes se dressent sur leurs ergots à tous les coins de rue, des fleurs multicolores parsèment les carrefours. Dans certains lieux, la peinture réaliste reprend ses droits. Là c’est un gavroche à gapette qui tente de fracturer une chaîne à l’aide d’une tenaille. Ailleurs, c’est un couple qui danse tendrement enlacé.

Le chapardeur © MN

Certaines fresques sont signées, d’autres pas. Voici pêle-mêle les héros de cette saga, individus ou collectifs de graffeurs, qui embellissent la ville et déversent sur elle de la poésie à l’état pur : ALEXONE, PABLITO ZAGO, CLAIRE STREETART, C215, CHANOIR, EPSYLON POINT, M.CHAT, POCH, L‘ATLAS. Liste non exhaustive bien sûr.

http://www.tourisme-sete.com/sete-a-son-maco-musee-a-ciel-ouvert-sete.html