Artjaws et l’art à belles dents

 

Anne et Julien d’un côté.  Anne-Cécile Worms de l’autre. A priori, ils n’ont rien de commun. Pourtant ils viennent de monter ensemble un projet, ArtJaws, une plate-forme en ligne où se réunissent deux expressions marginales de l’art contemporain : la culture pop et l’art digital. A dévorer à belles dents.

La notoriété d’Anne et Julien va grandissant. Ce couple original, dans leur style  et dans leur ligne de vie, promeut depuis trente ans le pop art et les cultures underground. Créateurs de la revue Hey ! Modern Art et Pop culture ils ont notamment à leur actif, deux grandes expositions à Paris en 2015, l’une à la Halle Saint Pierre, où ils présentent les œuvres de plus de 60 artistes du monde entier ; l’autre, au Musée du Quai Branly Tatoueurs, tatoués. Cette première mondiale sur le tatouage a accueilli 800 000 visiteurs et  est déjà programmée au Royal Ontario Museum de Toronto.

Anne-Cécile Worms est souvent présentée comme une « serial entrepreneur ». Diplômée de Sciences Po Paris,  cette spécialiste de l’art numérique, éditrice du Magazine  des Cultures Digitales depuis 2003, a fondé en 2009 Art2M (Art To Machine), une entreprise spécialisée dans la production et la diffusion d’œuvres d’art numérique. Depuis 2014, Art2M, en partenariat avec la galerie parisienne Vanessa Quang,  monte des expositions-ventes dédiées au marché de l’art contemporain nouveaux médias en France.

Untitled 2015 crayon sur papier 42 x 29,7 cm
LYNN AKURA Untitled
2015
@Lynn Akura crayon sur papier
42 x 29,7 cm

Le bébé commun de ces entrepreneurs originaux c’est justement de rassembler leurs originalités  et leurs expertises. Le cadre ? Une plateforme en ligne de vente d’œuvres d’art,  ArtJaws, qui favorise de surcroit les rencontres entre  artistes, collectionneurs et amateurs.

Collections permanentes et expos temporaires

Le mode de fonctionnement d’ArtJaws est de présenter une collection permanente et trois expositions temporaires par an. La première réunit une sélection d’œuvres inédites en France, repérées et soutenues par Anne et Julien qui identifient les talents hors de chemins artistiques classiques. Celle-ci est complétée par les œuvres nées du maniement inattendu et créatif  des nouvelles technologies numériques.

King_kong Juan Le Parc Porcelaine de King Kong © Juan Le Parc
King_kong
Juan Le Parc
Porcelaine de King Kong
© Juan Le Parc

Les collections temporaires d’une durée de quatre mois constitueront un éclairage sur les tendances et innovations de ces domaines artistiques non conventionnels.

 

Au premier trimestre 2016 quelque 500 œuvres sont mises en vente. Parmi elles, 300 sont signées par une cinquantaine d’artistes tatoueurs, et 200 ressortissent de l’art numérique. Le tatouage contemporain est mis en valeur par des artistes reconnus depuis les années 1960. On y trouve des maîtres américains comme Don Ed Hardy ainsi que  des représentants de la scène européenne comme Filip Leu. Certaines sont créées en exclusivité pour ArtJaws. Elles se caractérisent également par une grande diversité de supports : dessins à la mine de plomb, peintures acryliques, aquarelles, photographies, objets tatoués.

 ORLAN-œuvre-en-3D-avec-3-masques-Courtesy-Galerie-Michel-Rein-Paris-Brussels

ORLAN-œuvre-en-3D-avec-3-masques-Courtesy-Galerie-Michel-Rein-Paris-Brussels

Côté arts numériques,  des artistes chevronnés et des émergents sont exposés« Nous avons privilégié dans un premier temps les créateurs français dont nous apprécions le regard critique sur les nouvelles technologies, le décalage souvent humoristique qu’accompagne une vraie réflexion sur notre identité numérique…» explique Anne-Cécile Worms. « La plupart des artistes de ce vaste territoire expérimentent, combinent différents types de média et  de la complexité technique de leur démarche, ils matérialisent la complexité de nos nouveaux rapports au monde ».

 

Elsa Menanteau

 

 artjaws.com