Tous les articles par Julie Montagard

La mort… ils en connaissent un rayon !


Au-delà des traditionnelles potées de chrysanthèmes placées sur les tombes  – 20 millions de pots vendus, chaque année, à cette occasion – la Toussaint (ou plutôt le Jour des Morts) évoque irrémédiablement la« grande faucheuse », que deux hommes côtoient tous les jours, Guillaume Bailly en tant que croque-mort, Olivier Emphoux comme embaumeur. Nous avons choisi de vous présenter leurs confidences tantôt graves, tantôt teintées d’humour, mais toujours racontées avec cette retenue bienveillante qui sied à leur métier…

Continuer la lecture de La mort… ils en connaissent un rayon !

L’horticulture à la maison

Savez-vous ce qu’est l’hydroponie ? C’est la technique qui permet de faire pousser des plantes non dans la terre mais sur une matière neutre (telle que sable, fibres de coco, billes d’argile ou laine de roche, par exemple), grâce à l’apport régulier de substances nutritives distribuées sous forme liquide.

Continuer la lecture de L’horticulture à la maison

Le film « Enfances nomades »

Le film « Enfances nomades »nous emmène des steppes au monde moderne. Le parcours initiatique de trois enfants en Mongolie, en Sibérie et à la frontière du Tibet.

Héritiers d’une tradition qui disparaît inexorablement, et contraints d’inventer un nouveau mode de vie, les éleveurs et les enfants des steppes d’Asie centrale survivent dans un climat souvent très hostile. A cheval sur ce « basculement », ce film à la fois intimiste et documentaire met en scène trois histoires et trois destinées étonnantes : celle d’Amraa, le jeune Mongol qui part rejoindre son amoureuse en ville; celle d’Apo, le bébé sibérien perdu dans la neige; et enfin celle de Lhamo, l’enfant tibétaine qui ne souhaitait qu’une chose : vivre avec son yak. Et pourtant… elle est contrainte de se rendre pour la première fois à l’école alors qu’elle vit une enfance paisible dans la nature avec ses parents.

Ces trois histoires, qui se se passent dans trois pays issus du même monde (l’archipel des cultures nomades des hautes steppes), se complètent et se répondent au cœur d’un film émouvant, car on découvre que ces enfants sont, dans chacune des histoires, à un tournant de leur vie. Leurs parents n’ont connu que le monde traditionnel, mais savent bien que leurs enfants ne pourront plus continuer cette vie d’éleveurs. Ils sont désemparés quand l’heure du choix ne peut plus être repoussée : faut-il envoyer les enfants à l’école, vendre les troupeaux, acheter des terres, vivre en ville ? Ceux qui se sédentarisent acceptent très mal de vivre une vie de citadin, marquée par des horaires fixes et la nécessité d’accumuler des biens.

enfance nomade 2

Leurs enfants sont, eux, face à leur avenir : vont-ils conserver quelque chose de cet héritage ou renoncer à leur passé ? Ils ont désormais l’obligation de vivre comme des citoyens intégrés et modernes, mais conserveront-ils néanmoins leur identité profonde de nomades ? Et avec elle, leur goût pour la nature et l’espace, un temps qui leur est propre, et leur soif absolue de liberté ?

Pour coller au plus près de la véritable histoire de ces peuples, le réalisateur Christophe Boula et le talentueux directeur photo Arnaud Hémery se sont  rendus en Mongolie, en Russie (Sibérie), ainsi qu’à la frontière du Tibet, pour filmer ces trois histoires très touchantes.

L’originalité de ce film «Enfances nomades» repose aussi sur le fait d’avoir fait participer les nomades à chaque étape du tournage. Dans chacun des trois pays, un groupe de familles a suivi le projet depuis le début, et jouent les personnages qui sont proches de leur vie quotidienne. Les nomades ont aussi pris part à la recherche des lieux de tournages, des décors, costumes et accessoires.

Le mariage du son et des images (paysages superbes, musique envoûtante),  nous placent, qu’on le veuille ou non, au cœur de ces horizons sans fin.

enfance nomade 3

Enfances Nomades a été sélectionné dans plusieurs festivals : celui des films du Monde à Montréal, au Festival international du film asiatique de Barcelone, au Festival International du film de Calgary, au Festival international du film de Varsovie, et pour finir au Festival Riddu Riddu de la culture sâmi (2015).

Sortie le 25 mars 2015

Julie Montagard