Archives pour la catégorie Voyager

Nous sommes allés voir et nous racontons ce que nous avons aimé. Ou pas.

Liberté chérie : chronique familiale d’un voyage en Campervan

En vacances, adeptes du nomadisme, nous aimons bouger et ne jamais rester au même endroit plus de deux jours d’affilée. C’est pourquoi, cette année nous avons opté pour la solution du campervan, le chaînon manquant entre le camping-car et la voiture. Notre but est de présenter aux voyageurs encore hésitants, les inconvénients et les avantages de ce mode de vacances itinérantes.

Côte de la mort; Galice, Espagne

 

Nous avons tous en tête l’image des hippies des années 70, vêtus de pantalons pattes d’éléphant, de chemises à fleurs, portant barbes, cheveux longs et se déplaçant en combi Volkswagen surmonté de planches de surf. Qu’il a pu nous faire rêver ce petit véhicule trapu et coloré, symbole de liberté ! De plus en plus de sociétés ou de sites entre particuliers, surfant sur la vague vintage et le revival des années 70, proposent à la location ou à la vente le van mythique.

Entre temps, le baba s’est embourgeoisé, et, devenu bobo roule dans le combi de la même marque, le confort en plus.

Le voyage

Nous sommes partis de Bordeaux à 4 pendant 2 semaines, pour finir à 2 les dix derniers jours de voyage. Notre périple de 4200 kilomètres nous a conduits à travers le pays basque, les Pyrénées françaises et espagnoles, La Castille, la Cantabrie, les Asturies et la Galice… De quoi avoir des images plein la tête. Le trajet fut loin d’être rectiligne (voir le détail ci-dessous)*. Au départ, nous avions seulement décidé de quelques étapes importantes : le festival Jazz in Marciac, le musée Guggenheim de Bilbao, Los Picos de Europa et Saint Jacques de Compostelle. Le reste de nos pas furent guidés par nos envies, nos coups de cœur et surtout par les aléas de la vie familiale avec des adolescents : aller rechercher l’un dans un aéroport, déposer l’autre dans une gare. Nous avons dormi dans des campings, à la ferme et fait du camping sauvage. Même en plein mois d’août, nous n’avons jamais rencontré aucune difficulté.

Musée Guggenheim, Bilbao, Espagne

Les caractéristiques du véhicule

Le Van que nous avons loué à une société spécialisée est un modèle Campervan California Coast de chez Volkswagen, prévu pour 4 personnes. Il se compose de 2 couchages situés dans la tente de toit relevable électriquement et de deux autres que l’on obtient en rabattant les sièges, d’une petite cuisine équipée de deux plaques électriques, d’un réfrigérateur, de deux placards, d’un auvent, d’une table à l’intérieur et d’une autre à l’extérieur, de 4 chaises et d’une douchette à l’extérieur. Les lits sont vraiment confortables. Quand je vous disais que les babas s’étaient embourgeoisés !

Saragosse, Espagne

Au départ, la mise en place fut un peu compliquée car nous avions apporté un peu trop de bagages. A cet égard, il est fortement conseillé de prévoir des sacs plutôt que des valises trop encombrantes, ou mieux, des caisses pour ranger les vêtements et autres babioles nécessaire en vacances. De toute façon, la règle d’or est de toujours « voyager léger ».  Surtout, lorsque l’on est 4, il faut prévoir une tente de délestage pour mettre les bagages durant la nuit ou éventuellement des vacanciers en quête d’un peu de solitude… Finalement, au bout de deux jours, chacun et chaque chose a trouvé sa place. De petits rituels se mettent rapidement en place et chacun se trouve une fonction…ou pas : monter la tente, déplier l’auvent, faire la cuisine, la vaisselle.

Vous l’aurez compris, l’un des inconvénients du Van, c’est qu’il est un peu petit pour une famille de 4 personnes. On se marche vite sur les pieds et les genoux…Alors, deux impératifs catégoriques sont à respecter : patience et ordre ! 4 paires de chaussures au milieu du chemin et autant de chaussettes peuvent rapidement vous pourrir la vie et devenir source de conflit. C’est fou ce que l’on peut perdre de choses dans un endroit aussi petit !

L’absence de toilettes et éventuellement de douche (mais on s’habitue vite à ne pas en prendre régulièrement) peut constituer un autre type d’inconvénient. Et oui, il faut bien aborder le sujet ! Quand l’on s’arrête dans des campings, le problème ne se pose pas, mais c’est surtout en camping sauvage ou lorsque l’on se décide de s’arrêter dans des aires réservées à des camping-car qui en possèdent…eux ! Cependant, il existe des toilettes sèches.

Ermitage, Espagne

Liberté chérie !

Après, l’évocation de ces petits désagréments, le voyage en campervan, ce n’est que du pur bonheur !

A la différence du camping-car, le van peut aller absolument partout, aussi bien en ville, dans des ruelles étroites que dans des chemins de terre. En effet, il est en plus doté de 4 roues motrices, ainsi que d’une motorisation de 150 chevaux. Si bien qu’il ne se traîne pas sur les routes…

Comme tout type de voyage itinérant, le van offre un sentiment de liberté absolue. Quel bonheur de ne pas avoir de contraintes, de décider sur un coup de tête de s’arrêter à un endroit pour admirer le paysage et d’y rester, de changer d’itinéraire au dernier moment, de prendre des chemins de traverse, des itinéraires bis, de faire la sieste au milieu de nulle part !  Le voyageur itinérant se plie à l’esprit d’escalier qui est désormais le sien. D’ailleurs, très vite, le voyageur se trouve déconnecté et la notion de temps devient plus floue, uniquement rythmée par des actions simples : se lever, plier bagage, choisir un itinéraire, trouver un lieu pour dormir, tout déplier à nouveau. Une bonne façon de revenir à l’essentiel et d’éliminer le superflu. Peu à peu, une certaine nonchalance et un laisser-aller s’installent. Et l’on se prend alors à rêver à de très longues vacances au rythme du soleil et de la nature. On the road again !

En conclusion, un excellent mode de voyage qui favorise le sentiment de liberté, l’autonomie,  l’éclectisme touristique, mais peu adapté aux personnes recherchant le confort et aux familles nombreuses et/ou avec de très jeunes enfants.

Arrivée de pélerins à Saint-Jacques de Compostelle, Espagne

 *Le trajet : Bordeaux, dune du Pilat, Sauveterre en Béarn, gorges de Kakuetta, Marciac (Gers), Pau, Vallée d’Aspe, Huesca, Saragosse, Pampelune, Bilbao, Picos de Europa, Costa de la muerte, Saint-Jacques de Compostelle, Hendaye, Bordeaux.
Pour aller plus loin  : 

          un livre et un site : 

http://driveyouradventure.com/

          des applications pour les voyageurs :

https://www.park4night.com/

https://www.gamping.fr/

https://www.eurocampings.fr/

Catherine Jubert

 

 

 

 

 

 

 

 

Un week-end au Havre ?

Pourquoi ne pas passer un week-end au Havre ?

Le havre fête ses 500 ans d’existence avec la manifestation « Un été au Havre » du 27 mai au 5 novembre 2017.

Immeuble construit par Auguste Perret (Photographie Catherine Jubert)

En 1945, Le Havre n’est qu’un vaste champ de ruines, anéantie par 10 000 tonnes de bombes. La guerre a fait table rase des élégantes constructions haussmanniennes et normandes.

Il aura fallu attendre un demi-siècle pour que les havrais se réapproprient leur ville construite par Auguste Perret. Son classement au patrimoine mondial de l’UNESCO, en 2005, a permis de poser un regard neuf sur la cité, qualifiée parfois de Stalingrad-sur-Mer.  Aujourd’hui Le Havre a la ferme intention de dépasser cette image de ville sinistre et sans cachet et offre à l’occasion de ses 500 ans de nombreuses manifestations culturelles et artistiques. La ville du Havre propose aux visiteurs 4 parcours qui leur feront découvrir les trésors architecturaux de la ville et les installations artistiques. Alors, pourquoi ne pas y passer un week-end ?

On pourra y découvrir

Catène de Containers de Vincent Ganivet (quai Southampton), deux immenses arches de vingt-et-un containers s’entrecroisant à 25 mètres au-dessus du sol. A la croisée de la ville et du port de commerce, l’arche double, visible de très loin, renvoie l’image d’une place portuaire, leader français dans le trafic des portes conteneurs.

Catène de Containers de Vincent Ganivet. Photographie Catherine Jubert,

Couleurs sur la plage de Karel Martens

    Photographie Catherine Jubert

Le temps d’un été, les cabanes de plage ont abandonné leur blancheur traditionnelle pour des rayures aux teintes acidulées.

Accumulation of Power de Chiharu Shiota (église Saint-Joseph), boulevard François 1er)

L’artiste japonaise a suspendu dans l’impressionnante et lumineuse nef de l’église Saint-Joseph, un maelstrom arachnéen de fils de laine rouge. « Saint-Joseph est un espace où l’énergie, les pensées, les vœux et les prières s’accumulent. Le tourbillon rouge de mon œuvre symbolise la concentration de spiritualité que l’on trouve dans cette église. Chaque idée, chaque pensée, chaque prière est collectée et rassemblée dans cette construction qui ressemble à une tempête, où l’énergie tire sa puissance de l’accumulation. » Surplombant l’autel, l’œuvre de l’artiste japonaise s’élève au-dessus du religieux pour toucher à l’universel. Le spectateur se perd dans les tourbillons de fils.

On pourra également visiter l’exposition Pierre et Gilles Clair-Obscur au MuMa (2 boulevard Clémenceau)

Dans le port du Havre (Frédéric Lenfant), 1998, Collection particulière. (©Pierre et Gilles)

 

Pierre et Gilles, Funny Balls (Marc Jacobs) 2012

Madonna, Isabelle Huppert, Stromae, Jean-Paul Gaultier, Amélie Nothomb… se sont prêtés aux jeux de mise en scène de Pierre et Gilles. Leur travail, jouant avec les clichés et nourri d’influences mythologiques, religieuses est tantôt drôle, émouvant, kitsch, pathétique. Un travail entre ombre et lumière.

Mais on peut aussi se rendre au Havre juste pour rêver et laisser-aller son regard à la poésie et à la magie des lignes .

Le Volcan, Théâtre et bibliothèque construits pas Oscar Nimeyer  (photographie Catherine Jubert)
Vue du  port (photographie Catherine Jubert)
Vue du port (photographie Catherine Jubert)

Plus d’infos sur http://www.uneteauhavre2017.fr/fr

Catherine Jubert

Festival textile à Clermont-Ferrand

Entre tradition et création contemporaine, le FITE, Festival International des Textiles Extra ordinaires, présente les travaux de designers, créateurs de mode, tisserands, artistes ou photographes du monde entier du 20 au 25 septembre 2016. Son thème cette année : Rebelles..

Le FITE événement unique en son genre, s’installe, en alternance, tous les deux ans au cœur de l’Auvergne : les années paires à Clermont-Ferrand et les années impaires dans un autre pays. Après le Vietnam (2013) et les Philippines (2015) c’est le Mexique qui accueillera en 2017 le festival.
Ce rendez-vous artistique hors-norme, à la frontière de l’ethnologie et de la sociologie explore donc, pour sa 3e édition, le thème des Rebelles. Olivier Bianchi, maire de la ville, explique : « Par essence les rebelles refusent les modèles préétablis et affirment souvent leur différence par le vêtement ». Tels Mandela et ses chemises Madiba, ou Gandhi et son célèbre khadi ? Olivier Bianchi pense effectivement à eux, mais aussi à « Bowie, aux hippies, aux punks et à une multitude d’autres mouvements méconnus portant haut et fier l’étendard d’une rébellion pacifique ».

De la série Hereros © Charles FREGER
De la série Hereros © Charles FREGER

Ce projet collectif, collaboratif, multigénérationnel et multiculturel qui vise à défendre les droits humains par jeu, par provocation mais surtout par envie de changer le monde, est d’autant plus intéressant qu’il implique la société civile, à la fois les écoles et conservatoires de musique ou de danse, les entreprises et le monde culturel, etc.

Depuis ses débuts, le FITE part à la recherche sur tous les continents des détenteurs de savoir-faire textiles rares. Ces artistes-artisans sont les témoins de cultures souvent méconnues et perpétuent des techniques parfois en voie de disparition ou inaccessibles. Dans ce contexte de mondialisation croissante, le festival défend la nécessité de préserver ces connaissances qui ont un sens pour les peuples qui les perpétuent, en assurant la transmission de certaines valeurs des sociétés.

Des expositions se déroulent en divers lieux de la ville, autour de l’axe principal qui est l’exposition intitulée REBELLES au Musée Bargoin qui, elle, durera jusqu’au 31 décembre.
Pour les 6 jours de fête, on comptera un grand nombre d’ateliers auxquels les visiteurs peuvent participer, et d’installations éphémères :
– Show room et marché des créateurs textiles
– Performances
– Rencontres et conférences
– Découverte des plantes textiles et tinctoriales au jardin botanique
– Projections de courts et longs métrages
– Quiltage à plusieurs sur un métier itinérant pour approcher la technique du patchwork
– Atelier de création de costumes (que les visiteurs pourront porter lors du bal final)
– Marché des créateurs textiles
– Concerts et master class
– Vente aux enchères caritative
– Défilé de mode, etc

Et, en clôture du festival, un bal costumé bien entendu sur… le thème des Rebelles.

Musée Bargoin : 45 rue Ballainvilliers
63000 Clermont-Ferrand
tel. : 04 73 42 69 70
Du mardi au samedi de 10h à 12h et de 13h à 17h, dimanche de 14h à 19h
Fermé les lundis, 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre

Photo d’ouverture : Mola. Indiens Cuna. Musée Bargoin © R. Boisseau

Metz : Le réveil de la belle méconnue

 

 

Metz accélère son développement culturel et touristique. L’ouverture du Centre Pompidou en 2010 a donné le coup d’envoi d’une métamorphose urbaine de la cité  et a élargi le rayonnement culturel d’une ville relativement méconnue . Après avoir présenté sa candidature au patrimoine mondial de l’Unesco, la métropole lorraine pose la première pierre d’un centre de congrès aux ambitions internationales. Lequel s’ajoute à plusieurs grands projets signés par des architectes parmi les plus réputés.

Continuer la lecture de Metz : Le réveil de la belle méconnue