Exposition : L’Opéra Comique et ses trésors

 

 

 Pour le Tricentenaire de l’Opéra Comique, le Centre national du costume de scène de Moulins expose une centaine de ses plus beaux costumes. Une promenade au pays des rêves, et de l’histoire du spectacle.  La mise en scène de Macha  Makeïeff met en valeur l’esprit de l’Opéra Comique où l’insolence et la fantaisie le disputent à la créativité.

B43V9228
CARMEN-©-CNCS-Photos-Pascal-François

A la fin du XVIIe et du règne de Louis XIV, loin de la Cour figée de Versailles et du Roi-Soleil déclinant, les Parisiens ont envie de rire et de s’amuser. Ainsi va naître l’Opéra Comique, au contact de la société. Avec son esprit satirique, son inventivité scénique et son art d’impliquer les spectateurs dans son jeu et ses moqueries, il récupère les thèmes à la mode et parle à tous.

S’inspirant de la Commedia Del Arte, des petites troupes de théâtre se déplacent de foires en foires avec des spectacles de chants, de danses et de comiques qui ravissent un public populaire. Dans ces foires saisonnières de l’Ancien Régime, toutes les classes sociales se mélangent et on y raille les grandes institutions royales.

L’Opéra Comique popularise la musique noble de Lully. Puis, le genre devient tellement apprécié que les grands compositeurs Jean-Philippe Rameau,  Mozart, Beethoven, et même Wagner, vont composer pour ce nouveau modèle d’art lyrique qui s’exporte dans toute l’Europe. Chaque groupe a son répertoire et sa troupe. Tout un répertoire forain de partitions originales se répend. Dans ses représentations, le costume est primordial car le public non éduqué doit pouvoir tout de suite reconnaître les personnages grâce à son habillement. Eclectisme, foisonnement, fantaisie et recherche de la vérité caractérisent cet art tricentenaire du costume qui contribue à la magie du spectacle lyrique.

OPERA COMIQUE1-GP
Esprit moqueur et costumes somptueux@GP

 

En 1762, la troupe de l’Opéra Comique devient  troupe royale. Elle circule avec ses comédiens, ses danseurs, ses pantomimes. Met en scène les personnages populaires  comme Pierrot, Arlequin, Colombine, Pantalon, travestis et burlesques, métiers et petites gens. Mais l’Opéra Comique va aussi produire les plus grands chefs de œuvre de l’art lyrique français encore joués aujourd’hui partout dans le monde : Manon, Carmen, Les Contes d’Hoffmann, Lakme, Pelleas et Mélisande.

 

LES-CONTES-dHOFFMANN-Scénographie-22-©-CNCS-Photos-Pascal-François
LES-CONTES-dHOFFMANN-©-CNCS-Photos-Pascal-François

C’est cet esprit d’un genre particulier que Jérôme Deschamps défend avec succès à la direction de l’Opéra Comique depuis 2007. Les Fêtes vénitiennes, opéra-ballet d’André Campra, donné fin janvier à Paris sous la direction musicale de William Christie, était un festival de vitalité, de drôlerie, et de talents avec des costumes extraordinaires.

 

Humour @GP
Humour @GP

L’exposition, mise en scène par Macha Makeïeff, manifeste bien le charme, l’insolence et la créativité de ce théâtre de foire, son « fouillis savant et chaleureux ».  « Une histoire de fantômes magnifiques, un éloge du théâtre et des artistes. ». La diffusion de vidéos inédites et de films des œuvres permet de s’y plonger plus longuement si on le souhaite.

 

RÊVES-DORIENT-Scénographie-19-©-CNCS-Photos-Pascal-François
RÊVES-DORIENT-@CNCS-Photos-Pascal-François

L’Opéra Comique a ses héroïnes emblématiques car c’est un théâtre de l’intime, du sentiment et de l’émotion, pas celui de l’héroïsme épique. Le parcours est rythmé par ces héroïnes : Giulietta, la diva des Contes d’Hoffmann, Cendrillon et la gracieuse Manon de Jules Massenet, la bohémienne Mignon, Ciboulette, la maraîchère imaginée par Reynaldo Hahn.

Certaines reconstitutions sont spectaculaires : la rencontre de la Belle et la Bête, Lakmé dans son décor oriental, Barbe-Bleue … Une dernière salle présente les huit dernières saisons de l’Opéra Comique en costumes et musique, un parfait résumé drolatique de l’esprit du genre aujourd’hui.

 

 ATELIER-Scénographie-03-©-CNCS-Photos-Pascal-François.j
ATELIER-Scénographie-03-©-CNCS-Photos-Pascal-François.j

Le CNCS est le seul établissement au monde entièrement dédié au patrimoine matériel de la scène. Il conserve 10 000 costumes venus de la Bibliothèque nationale de France, la Comédie Française et l’Opéra de Paris. Ses expositions s’exportent jusqu’en Australie. Il accueille aussi en manière permanente la collection Noureev.

Gisèle Prévost

 

  • Centre national du costume de scène, Moulins (Allier).
  • Directrice du CNCS Delphine Pinasa,
  • Commissaire de l’exposition Agnès Terrier

___________________________________________________________________________

Informations pratiques

Exposition L’Opéra Comique et ses trésors, du 7 février au 25 mai 2015

  • Quartier Villars, route de Montilly, 03000 Moulins.
  • Ouvert tous les jours de 10 à 18 h.
  • Tarif : 6 euros, tarif réduit 4 euros,
  • Café- brasserie décoré par Christian Lacroix.
  • www.cncs.fr