Fermez les yeux, un thriller magistral

Avec « Fermez les yeux », son premier roman la Britannique CJ.Cooper livre un thriller magistral. Dans le contexte de la classe moyenne londonienne, elle entraine le lecteur dans l’univers d’une aventure humaine intérieure haletante.

Sara a une ambition : devenir chef de service. La voie lui est ouverte. Son boss part à la retraite. Sa candidature est bien accueillie. Sauf que… Sara doit voyager pour remplir sa future mission et Sara est phobique. Il lui est impossible de prendre un avion. L’approche même d’un aéroport la plonge dans un état d’angoisse hystérique.

Plutôt que de renoncer à ce poste, elle entame une thérapie. Elle choisit un spécialiste de l’hypnose. Le docteur Stephen Devane a tout pour plaire. Grand, beau, riche, séduisant, il est la coqueluche de Londres. Caractéristique supplémentaire, il est le frère cadet  de Tim, le fiancé de Charlotte, la propre sœur de Sara. On est presque en famille.

En peu de séances Sara arrive à surmonter sa phobie et s’offre une première escapade à Barcelone. A l’hôtel où elle fête avec Caraoline, une vraie copine, cette première victoire sur elle-même, des hallucinations morbides détraquent la sérénité des vacances. Le cours de sa vie va changer.

Entre Sara et le docteur Stephen se noue une relation ambiguë, faite de séduction non dite, d’obscurités, d’emprise, de perversité. Les hallucinations croissent et prospèrent, mettant Sara dans l’incapacité de poursuivre son existence antérieure, la plongeant dans le doute de sa réalité et de son passé.

Avec une force impressionnante, l’auteure C.J Cooper fait défiler les personnages qui composent l’environnement de Sara. Il y a la sœur, son mari, sa copine de longue date, son copain Nick avec lequel elle a plus ou moins rompu, son patron, la PDG, ses collègues…tous racontent leur vision de l’évolution de Sara, leur part de vérité, rebondissant sur les informations donnés par les uns et les autres. Ils s’expriment comme s’ils s’adressaient à un juge, un enquêteur chargé de ramasser les milliers de pièces d’un puzzle.

Dans Fermez les yeux, son premier roman, CJ.Cooper manie avec maestria la tension du récit construit comme un kaléidoscope. Excellemment traduit de l’anglais par Luc Rigoureau, les 450 pages du roman se lisent d’une traite, sans reprendre son souffle.

 

Elsa Menanteau

 

 

Fermez les yeux2Fermez les yeux de CJCooper

Editions Prélude

448 pages.14.90€

 

Extrait

Bon, vous êtes prêt ?

Mon dernier rendez-vous avec Sephen donc.

Je m’y étais préparée avec soin – quels mots dire, quelles fringues porter, quelles questions poser. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit simple, vu que me lever le matin était déjà difficile. Je ne me berçais pas d’illusions, je savais que ce ne serait pas une partie de plaisir et que je ne ressortirai pas avec toutes les réponses à mes interrogations et une ordonnance destinée à régler le problème. Pourtant, au plus profond de moi, je continuais de croire que, lorsque je lui donnerai des indices sur ce qui m’arrivait – pas de details, jsute de quoi lui permetre de s’en faire une idée – Stephen opinerait avec sagesse, m’expliquerait que le phénomène était courant, que la solution consisterait à visualiser une autre scène, voire de prendre des médicaments pendant un court laps de temps, et que c’en serait fini.

Malheureusement, ça ne s’est pas du tout déroulé comme ça.