Halle Saint Pierre : Les bonheurs d’un collectionneur

 

halle saint pierre mars 2016

 

Avec la particularité qui l’anime, la Halle Saint Pierre expose quelque 600 œuvres de 70 peintres, sculpteurs, photographes qui évoluent entre l’art brut et l’art contemporain, en passant par l’expressionisme figuratif. Toutes appartiennent à un collectionneur, Jean-Claude Volot qui depuis près de quarante ans, fait confiance à son intuition et à son plaisir. Pour la première fois, un grand nombre des œuvres visibles ou entreposées à l’Abbaye d’Auberive sont visibles à Paris jusqu’au 26 août 2016.

Si l’exposition a pour titre « l’esprit singulier » elle reflète à merveille le parti pris de la Halle Saint Pierre, qui depuis vingt ans promeut des collections d’avant-garde, où l’inattendu et l’underground côtoient l’art populaire.

Elle reflète tout autant la démarche de Jean-Claude Volot. Cet industriel de l’aéronautique, qui travaille en France et ailleurs dans le monde pour de grandes compagnies aériennes n’est pas tombé tout petit dans l’élixir de l’art contemporain. Il y a en revanche trouvé son bonheur au gré des circonstances, de ses émotions, de ses coups de cœur.

Bengt Lindström – Le mariage à l’aube©-atelier-Démoulin

Depuis plusieurs décennies il achète.. Pas pour spéculer. Pour le plaisir. Il affirme n’avoir  pratiquement jamais rien revendu des 2500 œuvres en sa possession, et pour lesquelles il a restauré un écrin d’architecture et de verdure,  l’abbaye d’Auberive (Aube).

La sélection des œuvres présentées à Paris s’est opérée entre Alexia Volot, la fille de Jean-Claude, qui dirige l’Abbaye d’Auberive et Martine Lusardy, directrice de la Halle Saint Pierre et commissaire de l’exposition. Elle représente l’esprit de la collection de Jean-Claude Volot.

C’est une exposition où il convient de prendre son temps. On ne le regrette pas. Le visiteur peut découvrir ou retrouver des artistes connus, d’autres beaucoup moins, français et étrangers, des œuvres tantôt surprenantes, tantôt attachantes, parfois  dérangeantes. Des pépites nombreuses et enthousiasmantes.

Pauel Rebeyrolle - Les bavards © Galerie Lelong - Fabrice Gibert
Pauel Rebeyrolle – Les bavards © Galerie Lelong – Fabrice Gibert

A ne pas manquer, les toiles  de Paul Rebeyrolle. Rebeyrolle qui s’insurge, contre le mépris social dont  sont victimes les plus faibles. Rebeyrolle qui se révolte contre l’injustice dans de grands formats où dominent les noirs et les jaunes. On peut voir un des tableaux de la fameuse série  «  le sac de Mme Tellikdjian », qui évoque l’agression  d’une pauvre femme malmenée par des voyous.

 

Le Suédois Bengt Lindström, décédé en 2008, spécialiste des formats géants et auteur notamment de  Y, une sculpture monumentale placé à l’entrée de l’aéroport de Midlanda-Sundsvall est relativement peu connu du grand public français. L’exposition de la Halle Saint Pierre, donne l’occasion de rencontrer son travail. Comment ne pas être frappé, bouleversé par l’explosion des couleurs et des matières dans un malström expressionniste qui renforce le poignant de l’expression ?

Gaston Chaissac© Atelier Démoulin - vers 1960
Gaston Chaissac© Atelier Démoulin – vers 1960

Les amateurs d’art brut verront avec plaisir les portraits « naïfs » de Gaston Chaissac, qui fut  repéré et encouragé (pillé disent certains) par Dubuffet.

Citons encore Maryan. Cet artiste américain, dont certaines œuvres sont visibles notamment au MoMa de New York et au Musée d’Art moderne de Chicago a connu une terrible existence. Né en 1927 en Pologne, il passe son adolescence dans les ghettos. Déporté tout jeune à Auschwitz, il a été criblé de balles par les nazis au moment de l’évacuation des camps. En 1947 il part étudier l’art à Jérusalem, puis revient à Paris dans l’atelier de Fernand Léger. Ses œuvres sont peuplées de personnages parfois mi-homme mi-animal, de bourreaux, d’imbéciles, de juges. L’affiche de l’exposition « l’art singulier » reprend l’un de ses portraits. Grinçant et tragique. Lui qui a échappé par miracle à la mort dans sa jeunesse, a été rattrappé par la grande faucheuse en 1977. Il n’avait que 50 ans.

Elsa Menanteau

Informations pratiques

L’ESPRIT SINGULIER Collection de l’Abbaye d’Auberive du 30 mars au 26 août 2016

HALLE SAINT PIERRE 2, rue Ronsard 75018 Paris M° Anvers (2) / Abbesses (12)

 

Horaires

  • ouvert tous les jours
  • En semaine de 11h à 18h / samedi de 11h à 19h / dimanche de 12h à 18h
  • Sauf en août : en semaine de 12h à 18h, fermé le weekend

Tarifs

Expositions temporaires : 8,50 €, tarif réduit 6,50 €

 

 

Bengt Lindström - Le mariage à l aube©-atelier-Démoulin
Bengt Lindström – Le mariage à l aube©-atelier-Démoulin

Une réflexion sur “ Halle Saint Pierre : Les bonheurs d’un collectionneur ”

Les commentaires sont fermés.