Hey! Modern Art et pop culture à la Halle Saint Pierre : la culture déjantée

 

Peintures, sculptures,  dessins, collages…62 artistes  venus du monde entier donnent un aperçu des autres cultures, les cultures marginales, hors normes, pop, underground…  Pour la troisième fois la Halle Saint Pierre accueille une exposition organisée par la revue HEY ! Modern Art & Pop Culture. Du cent pour cent déjanté.

 

Ils viennent du Japon, des Etats Unis, d’Argentine, d’Europe aussi bien sûr  les artistes –ils sont 62 – réunis par les fondateurs de la revue HEY ! Modern Art & Pop Culture. La revue, sans équivalent dans le monde de la presse,  promeut depuis 2010 avec un vrai succès, les artistes hors normes «  lowbrow art, art outsider, bande dessinée et plus largement les médias porteurs d’une culture de rue, art brut ».

ffiche de l'expo Hey! ActeIII
Affiche de l’expo Hey! ActeIII

L’exposition rassemble des artistes éclectiques. Leur dénominateur commun  est de n’appartenir à aucun courant, aucune école, des artistes « d’ailleurs ». Figuratifs,  ils utilisent toutes les techniques picturales. Il y a des précurseurs,  marqueurs d’une contre-culture dont les ramifications et les influences  perdurent. Et puis de nouvelles générations. Dans leurs mondes,  la fantaisie côtoie le coup de poing, la fantasmagorie, l’onirisme, la dérision comme l’angoisse. Des mondes qui ne laissent jamais indifférent. Des exemples ?

Alain Bourdonnais
Alain Bourdonnais

Parmi « les anciens « , on peut découvrir ou revoir plusieurs pièces étonnantes et magnifiques du bouillonant Alain Bourbonnais (1925-1988) issues du musée La Fabuloserie. Cet architecte des Bâtiments et Monuments de France, en parallèle à son métier officiel, a collectionné les objets insolites,  créé les automates Les Turbulents. Il a également  rencontré Jean Dubuffet au moment où celui-ci cédait sa collection d’art brut à la Suisse et ouvert une galerie à Paris pour « l’art hors normes ».  Deux tableaux de Dado rappellent l’univers tourmenté de ce peintre né au Monténégro, qui a vécu en France le plus clair de son existence et dont les couleurs pastel voilent un univers grimaçant.

KENNY Stephen USA- The Web, 2011, Collection privée
KENNY Stephen USA- The Web, 2011, Collection privée

Parmi les contemporains l’Américain Steven Kenny donne au web une figure : celui d’une femme spectrale, peinte comme un tableau du XVIIIe siècle où seuls le visage et les mains sont éclairés sur un fond sombre. La femme porte une couronne belle et dérisoire, fragile et transparente, hérissée de brindilles de bois reliées entre elles par des toiles d’araignée…

L’Anglaise Lucy Glendinning, à travers ses sculptures si douces en apparence, lance un avertissement aux manipulateurs génétiques, qui comme Icare risquent de se brûler les ailes en se rapprochant du soleil.  La toute jeune Canadienne Winnie Truong, 27 ans,  a choisi le crayon pour parler de la féminité :  elle   représente des chevelures immenses, torsadées, des vagues de sensualité. Pour elle, le cheveu est « prolongement de la personnalité »… mais aussi « un  moyen aussi de se camoufler ».

XOOANG Choi- SCULPTURE- COREE- The Dreamer Blue, 2007, Collection privée
XOOANG Choi- SCULPTURE- COREE- The Dreamer Blue, 2007, Collection privée

« Hey! acte III » achève un cycle d’expositions à la Halle Saint Pierre. Celles-ci ont permis de faire connaitre quelque 200 artistes internationaux. « Avec ces trois expositions HEY! et pour la première fois en Europe, nous avons ouvert une boite de Pandore, notre geste soulignant la future explosion des arts figuratifs défendus dans notre revue depuis 2010 » expliquent Anne et Julien,  les fondateurs de la revue, initiateurs de ces expositions. « Plus encore, ces trois volets constituent désormais un socle fondateur et historique. Ils nous donnent le tempo d’un nouveau départ, et nous encouragent à propager dans le temps cette vision du monde ».

 

Leur vision du monde justement, Martine Lusardy, commissaire de l’exposition et directrice de la Halle Saint Pierre la décrit ainsi : « des productions culturelles indépendantes situées à l’écart des courants dominants et des dérives du marché. Des figures séditieuses du lowbrow art nourries de l’iconographie des médias populaires aux fantasmagories du pop surréalisme redécouvrant l’héritage des grandes traditions picturales, des activistes du street art au tatouage, des échappées individuelles et solitaires de l’art brut aux expressions raffinées et libertaires d’un « œil à l’état sauvage », les marges artistiques y sont présentées dans leur diversité et leur complexité ».

 

Anne et Julien sont aussi les commissaires de l’exposition Tatoueurs Tatoués au Musée du Quai Branly (jusqu’au 18 octobre 2015), une première mondiale. Une consécration pour ce couple qui « depuis leur adolescence » précise Julien, arpente ces terrains loin des institutions. Ils  sillonnent la planète, rencontrent les artistes, visitent leurs ateliers. Quelle ligne dirige leurs pas et leurs choix ? « Tout juste l’intuition » commente Julien.

Elsa Menanteau


 

Informations pratiques

Hey! ActeIII du 18 septembre 2015 au 13 mars 2016

HALLE SAINT PIERRE

2 rue Ronsard

75018 Paris

Métro Anvers, Abbesses (ligne 12)

Ouvert de 11h à 18h (en semaine)/ samedi de 11h à 19h/ dimanche de 12 à 18h

Tarifs : 8.50€ et 6,50€

internet : hallesaintpierre.org

 

 

 

2 réflexions sur “ Hey! Modern Art et pop culture à la Halle Saint Pierre : la culture déjantée ”

Les commentaires sont fermés.