MaCO : la culture au quotidien

Comme une estampe japonaise © MN

KLive Festival, ou festival des cultures urbaines, invite chaque année, pendant dix jours, des artistes de street art. De fil en aiguille, ou plutôt de bombes en pinceaux, les murs de Sète se sont couverts de fresques colorées. Le moindre mur aveugle est livré à l’inspiration du graffeur. Depuis dix ans, se constitue ainsi la collection du MaCO, Musée à ciel ouvert.

 

Le safari sétois © MN

 

Quai du Général Durand, c’est un pauvre hâve qui tire une carriole pleine de touristes, habillés comme pour un safari, équipés de jumelles et appareils photo. Mais posée délicatement sur son dos, « une ange », plantureuse, coquine et légère, lui insuffle la force de tirer.

Bonhomme sur monstre à deux bouches © MN

Dans le quartier haut, rue des Députés, « Le Penseur de Sète » jette un œil désabusé sur la ville. Grande rue Haute, une gigantesque estampe japonaise, plus bleue que le ciel sétois, illumine un carrefour. Un peu plus bas, un ballon rouge déverse ses cœurs sur la cité. Place de la Mairie, M. Chat donne ses consignes. Des animaux fantasmagoriques aux couleurs rutilantes se dressent sur leurs ergots à tous les coins de rue, des fleurs multicolores parsèment les carrefours. Dans certains lieux, la peinture réaliste reprend ses droits. Là c’est un gavroche à gapette qui tente de fracturer une chaîne à l’aide d’une tenaille. Ailleurs, c’est un couple qui danse tendrement enlacé.

Le chapardeur © MN

Certaines fresques sont signées, d’autres pas. Voici pêle-mêle les héros de cette saga, individus ou collectifs de graffeurs, qui embellissent la ville et déversent sur elle de la poésie à l’état pur : ALEXONE, PABLITO ZAGO, CLAIRE STREETART, C215, CHANOIR, EPSYLON POINT, M.CHAT, POCH, L‘ATLAS. Liste non exhaustive bien sûr.

http://www.tourisme-sete.com/sete-a-son-maco-musee-a-ciel-ouvert-sete.html