Metz : Le réveil de la belle méconnue

 

 

Metz accélère son développement culturel et touristique. L’ouverture du Centre Pompidou en 2010 a donné le coup d’envoi d’une métamorphose urbaine de la cité  et a élargi le rayonnement culturel d’une ville relativement méconnue . Après avoir présenté sa candidature au patrimoine mondial de l’Unesco, la métropole lorraine pose la première pierre d’un centre de congrès aux ambitions internationales. Lequel s’ajoute à plusieurs grands projets signés par des architectes parmi les plus réputés.

« Wilkommen Angela ! ». Le jeudi 7 mars, le Républicain lorrain, le grand quotidien régional annonce à sa « une » sur quatre colonnes le 18e Conseil des ministres franco-allemand.

Metz pavoise. Les drapeaux français et allemands à l'entrée de l'Avenue Foch ( ex-Ring) - Tout un symbole @EM
Metz pavoise. Les drapeaux français et allemands, Place Mondon, à l’entrée de l’Avenue Foch ( ex-Ring) – Tout un symbole @EM

Dans les artères principales, les drapeaux français et allemands claquent dans une brise printanière. Toute la semaine, la cité a vécu au rythme de « Metz est wunderbar ».  Des affiches s’étalent sur les murs et les panneaux, se déclinent sur les devantures des commerces. Des manifestations franco-allemandes sportives , musicales,  économiques – 42 startup réunies au centre technologique Blida -, un marché de produits du terroir de Lorraine et d’Allemagne illustrent et concrétisent le slogan « francallemand » « Metz est merveilleuse ».

dans le marché couvert
Dans le marché couvert, entre les promos pour la choucroute, le bistrot affiche « Metz est wunderbar ».

Bien que  la rencontre entre François Hollande et Angela Merkel et leurs ministres ait pour sujet la lutte anti-terroriste et la crise des migrants, le choix de Metz pour ce sommet est riche de symboles.

La chambre de commerce abritait autrefois la Banque d'Empire, construite en 1909@EM
La chambre de commerce abritait autrefois la Banque d’Empire, construite en 1909@EM

L’ amitié politiquement réaffirmée ce jour-là marque d’une pierre blanche l’histoire de cette ville tantôt française tantôt allemande au cours des douze siècles passés. Petit résumé : Metz capitale carolingienne depuis la partition du Saint-Empire romain-germanique,  fut convoitée et conquise par le royaume de France en 1551, annexée par l’Allemagne en 1871, reprise par la France en 1918, ré-annexée par l’Allemagne nazie, retournée à la France en 1945…La capitale mosellane n’oublie pas son passé ni ses déchirements. Mais elle a su aussi en tirer un avantage.

Cathédrale Saint Etienne, étail @EM
Cathédrale Saint Etienne, détail @EM

Après Paris, Metz est la ville qui attire le plus grand nombre d’étudiants allemands. Elle est pilote du réseau de villes « Quattropôles » qui fait travailler ensemble Trêves, Luxembourg et Sarrebrück. Une exposition de photographies à l’hôtel de ville lors de la semaine « Metz est wunderbar », met en lumière ce réseau international et original.

En avril 2015, Metz a posé sa candidature au patrimoine culturel de l’Unesco. Son dossier ? Le cœur  de Metz qui comprend en particulier sa célèbre gare longue de 300 m et large de 200m, sa poste, son château d’eau, l’avenue Foch, l’Opéra-théâtre. Appelé impérial ou royal, ce quartier a longtemps été rejeté par les Messins. Car la « Neue Stadt » (ville nouvelle) était l’œuvre de Guillaume II.  Le Kayser voulait y favoriser l’expression de la modernité architecturale d’alors, en faisant appel à des architectes innovants venant pour l’essentiel d’Europe centrale.

Les villas cossues de l'avenue Foch. Toytes différentes, elles gardent ne ité par l'utilisation de la pierre de Jaumont et le grès des Vosges@EM
Les villas cossues de l’avenue Foch. Toytes différentes, elles gardent ne ité par l’utilisation de la pierre de Jaumont et le grès des Vosges@EM

Le quartier se construit entre la fin du XIXe siècle et 1914, sur une zone marécageuse. Des milliers de piliers soutiennent les nouvelles et imposantes bâtisses. Sont alors privilégiés des concepts architecturaux néo-romans, néo-renaissance que Guillaume II affectionne. L’unité urbaine résulte de l’utilisation de la pierre de Jaumont  extraite en Moselle et des grès roses des Vosges.

Centre Pompidou-Metz@Centre Pompidou
Centre Pompidou-Metz@Centre Pompidou

Cent ans plus tard, l’ouverture du Centre Pompidou à Metz a indéniablement donné un coup d’accélérateur au tourisme culturel de la ville, dont l’image, parfois et injustement, pouvait se résumer à une sévère ville de garnison.

Œuvre aux partis pris remarquables des architectes Shigeru Ban, Jean de Gastines, Philip Gumuchdjian,  le Centre Pompidou de Metz a attiré plus de 320 000 visiteurs en 2015 (chiffres de l’Office de tourisme). Le flux ne faiblit pas, dépassant  les prévisions les plus optimistes. La notoriété du Centre atteint non seulement toute l’Europe, à commencer par l’Allemagne, mais aussi les Amériques et l’Asie.

 

 (3)
Jardins Jean-Marie Pelt. Metz une des villes les plus vertes de France

Tout autour du parvis du Centre Pompidou, le quartier de l’Amphithéâtre devient le lieu d’un développement urbain ambitieux et prometteur.  Désigné modestement  comme« la ville du XXIe siècle », ce  quartier a pour vocation de rassembler diverses fonctions urbaines –logements, commerces, activités- mais aussi des populations diverses.

C’est là que, toujours ce 7 avril 2016, le Premier ministre Manuel Vals a posé la première pierre du futur Centre de Congrès, que réalise le cabinet d’architecture Wilmotte. Il portera le nom d’un des pères fondateurs de la construction européenne, Robert Schuman. L’annonce en a été faite à cette occasion.

 

D’autres projets ou réalisations sont ainsi signées par des stars de l’architecture. Il en va ainsi du centre commercial Muse confié à Jean-Paul Viguier et qui ouvrira en 2018, du Pont de Lumière qui portera l’empreinte de Christian et Elisabeth de Portzamparc et de l’hôtel de 90 chambres et 9 suites réalisé par Philippe Stark.

Une nouvelle page urbaine et culturelle s’ouvre ainsi à Metz.

 

Elsa Menanteau


 

informations pratiques

Paris-Metz 1h20 en TGV

Metz  porte le label ville d’art et d’histoire depuis 2011

A ne pas manquer

  • Le centre Pompidou
  • Le quartier impérial
  • La cathédrale Saint Etienne (13e siècle), qui compte 6500 m2 de vitraux – le record en Europe – dont ceux de Chagal
  • La place médiévale Saint Louis et la place d’Armes du XVIIIe
  • La Porte des Allemands et les remparts
  • Les jardins dont les Recolets, Esplanade, Tanneurs. Metz occupe la 5e place en France pour la superficie de ses espaces verts rapportée au nombre de ses habitants.