Elle a inventé la spiruline marine

Cosmétique, thalasso, nutrition, gastronomie les applications  de la spiruline marine ne font que démarrer.   Installée en Bretagne sud, Marie Gabrielle Capodano a mis au point un produit qui marie les propriétés bienfaitrices de la spiruline et de l’eau de mer. Portrait.

Elle manie le couteau à  huitres avec la dextérité d’un écailler de grande brasserie parisienne. Elle plaisante, éclate de rire, parle à toute vitesse comme si elle n’avait pas un instant à perdre. Marie Gabrielle Capodano mène sa vie tambour battant. Ou plus exactement ses vies.

Marie Gabrielle Capodano dans sa ferme marine@EM
Marie Gabrielle Capodano dans sa ferme marine@EM

Blonde aux yeux bleus, la pétillante Marie Gabrielle Capodano est née aux Antilles. Arrivée en Bretagne par amour pour un ingénieur, elle a repris les rennes de l’écloserie d’huitres à Sarzeau, dans le golfe du Morbihan qu’il lui a laissée. Elle s’est donc lancée dans la production des naissains, ensuite vendus  aux ostréiculteurs de Marennes-Oléron notamment,  qui en assurent l’élevage. Depuis quatre ans, cette mère de trois enfants – elle assure qu’elle aurait pu en avoir dix – et jeune grand-mère,  développe une première mondiale : la spiruline marine fraîche. Un travail acharné  et un défi. Car il lui a fallu penser et valider le principe, mettre au point les procédés scientifiques et techniques, développer la production, créer une société, trouver des partenaires, définir un modèle économique… « En quatre ans je n’ai pris qu’une semaine de vacances » avoue Marie Gabrielle.

Marie Gabrielle Capodano dans son laboratoire@EM
Marie Gabrielle Capodano dans son laboratoire@EM

Inconnue du grand public, la spiruline est une cyanobactérie qui s’associe à des micro-algues. Elle est parfois appelée « algue bleue » en raison de la couleur qu’elle prend au contact de l’air. Les qualités de la spiruline c’est d’être  la fois riche en antioxydants, en caroténoïdes, en fer, en vitamine B12, en oméga 6 et surtout en protéines (50 à 70 %). Le tout étant très faible en calories. Un nutriment miracle.

Considérée par la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation) comme un « super aliment » pouvant palier la malnutrition dans certaines régions du monde, la spiruline traitée par Marie Gabrielle a une originalité. Elle est produite à 100 % dans l’eau de mer, ce qui en enrichit les bienfaits. Car la spiruline existe à l’état naturel, paraît-il depuis plus de trois milliards d’années, mais on ne la trouve que dans les eaux saumâtres où elle peut fixer la pollution de son environnement. Le travail de Marie Gabrielle a été de trouver les moyens de produire cette spiruline uniquement avec l’eau de mer, vierge de toute pollution afin d’en renforcer les propriétés. Et d’en trouver des débouchés.

Aussi, elle installe un laboratoire dans sa ferme marine, teste son produit, retourne en formation, noue des partenariats notamment avec l’Agence de développement et Technopole, Bretagne Développement Innovation.  Sa société Spiru’breizh  prend forme. Et son produit commence à séduire des entreprises bretonnes, avec une belle diversité.

La première application, c’est la cosmétique. Aux savon exfoliant avec des micro-brisures d’huitres et crèmes anti-âge, d’autres déclinaisons verront le jour prochainement. Depuis juillet 2015, Le Miramar Crouesty utilise la spiruline marine fraîche dans certains soins du visage, comme dans les enveloppements d’algues.

 

Mais ce n’est pas là les seuls débouchés. Des pâtissiers bretons de renom inventent des gourmandises qui utilisent la spiruline marine, leur donnant une couleur d’un vert profond. Il en va ainsi d’Alain Chartier, installé à Vannes qui  inventé la « Glaz » vanille et les « perles de spiruline marine ». Le maître pâtissier Thierry Hafnaoui à Quiberon a réalisé les « macarons de la mer », une pâte à tartiner au caramel iodé à la spiruline marine,  des chocolats à la spiruline. Christian Bourhis, le Chef du Miramar Crouesty de son côté sert un tartare de bar accompagné d’une crème aigrelette à la spiruline marine.

Chocolats, macarons, bonbons, pâte à tartiner...l'utilisation de spiruline marine en confiserie et pâtisserie en est à ses débuts@EM
Chocolats, macarons, bonbons, pâte à tartiner…l’utilisation de spiruline marine en confiserie et pâtisserie en est à ses débuts@EM

D’autres pistes apparaissent dans le domaine de la santé. Elles sont encore très confidentielles et doivent être approchées avec précautions. Référencée comme EPO (érythropoïétine) naturelle qui favorise la croissance des globules rouges, trois patients en chimiothérapie, envoyés par leurs médecins sont « clients » de Marie Gabrielle pour de la spiruline marine en paillette. Il en est allé de même d’un coureur de fond qui se préparait au marathon de New York.

De toute évidence, l’aventure de Marie Gabrielle ne fait que démarrer.

 

Elsa Menanteau

 

Site internet : spirubreizh

 

 

 

 

 

 

 

Evidemment la spiruline n’est pas un produit connu du grand public. Cette cyanobactérie , souvent appelée algue bleue, parce qu’elle

 

 

Elle sourit, éclate de rire dévoilant une dentition de star. Marie Gabrielle Capodano mène sa vie tambour battant.

 

Une réflexion sur “ Elle a inventé la spiruline marine ”

Les commentaires sont fermés.