Archives pour l'étiquette adaptogène

Comment les plantes nous aident à faire face à l’hiver?

Stimuler ses défenses immunitaires avec les huiles essentielles et autres plantes.
C’est l’automne, le froid arrive, les jours raccourcissent, la nature se prépare pour l’hiver.
Mais comment aider notre corps à affronter les maux de l’hiver : refroidissements, rhumes, bronchites, grippe…?

Quelques mots sur le système immunitaire?
Les défenses immunitaires sont assurées par des cellules spécifiques présentes dans nos organes, dans le sang ainsi que par la flore intestinale du colon.
Le système immunitaire met en oeuvre des mécanismes naturels visant à prévenir et à défendre l’organisme contre les agressions extérieures, à éliminer tous les éléments « non sain » (germes pathogènes) de l’organisme et à discriminer ce qui lui est étranger.
Ce système de défense est vulnérable. La fatigue, le stress, le manque de sommeil, le vieillissement ou une alimentation déséquilibrée peuvent contribuer à l’affaiblir.

Que font faire les huiles essentielles ?

Il faut savoir que toutes les huiles essentielles ont comme principales propriétés d’être antiseptiques et immunostimulantes.
Elles luttent contre les germes bactériens, les virus et les mycoses. De surcroit elles nous aident à renforcer notre système immunitaire.
Ces propriétés sont plus marquées chez certaines espèces que nous allons découvrir.


L’huile essentielle de Ravintsara
Le Camphrier, Cinnamomum camphora, est un arbre de la famille des Lauracées dont on utilise les rameaux. Par distillation on extrait une huile essentielle exceptionnelle à tout point de vue par son efficacité, son innocuité, sa très bonne tolérance.
Elle nous aide à lutter contre les affections virales responsables des rhumes, rhinites, angines, (sauf bactériennes), grippe. Elle agit aussi contre certaines bactéries. C’est un très bon rééquilibrant nerveux et un décontractant musculaire. Elle nous permet de mieux récupérer de la fatigue grâce à de propriétés neurotoniques et stimulantes.
Ses propriétés immunostimulantes sont remarquables. On peut l’associer dans une synergie avec du Thym à linalol et de l’Eucalyptus radié en prévention des maladies hivernales. Le mélange, à parties égales, est utilisé en application sur les poignets 20 jours par mois, les mois d’hiver. Ne pas utiliser pour des enfants de moins de 7 ans. Les précautions d’emploi habituelles s’appliquent (Les huiles essentielles ne sont pas pour tout le monde!).


Les Echinacées : des plantes de choix
Plusieurs plantes ont fait leurs preuves dans la prévention des maladies hivernales, mais ce sont les Echinacées qui restent les principales.
Plante traditionnelle de la médecine des indiens d’Amérique, elle fut utilisée pour soigner les blessures, les brulures, les morsures de serpents et sa racine était mâchée pour adoucir les maux de gorge, la toux, les maux d’estomac et guérir des refroidissements. La tradition orale est arrivée jusqu’à l’époque moderne pour en faire la plante de l’immunité.
Leur nom vient du Grec echinos « hérisson » due à l’aspect de la fleur.
C’est principalement l’Echinacée pourpre, Echinaceae purpura, famille des Asrteraceaes, dont on utilise les racines et les parties aériennes, qui est retenue pour son activité immunostimulante.
L’ensemble des molécules présentes dans la plante constitue une synergie naturelle très active.
De très nombreuses études cliniques1 ont été menées et tendent à démontrer une efficacité dans le traitement et la prévention des épisodes infectieux ORL.

On trouve l’Equinacée pourpre sous forme de comprimés de poudre de plantes et d’extraits liquides. On fait une cures de 15 jours avant l’hiver qui peut être renouvelée quelques mois plus tard.
Attention à bien respecter la posologie et les fenêtres entre les prises.
De plus cette plante nécessite d’importantes précautions d’emplois
malgré le libre accès qui en est fait dans les magasins bio et les rayons de compléments alimentaires.

  • On n’utilise pas les échinacées chez les diabétiques, les personnes immunodéprimées, en cas de maladie auto-immune, chez les personnes à terrain allergique, chez les insuffisants hépatiques….
  • Ne pas utiliser chez la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez les enfants de moins de 12 ans.
  • Il existe toujours un risque d’allergie avec cette famille des astéracées.

En cas de doute, échangez avec votre professionnel de santé, médecin ou pharmacien.

1 Echinacea for preventing and treating the common
Cochrane Database Syst Rev. 2006 Jan 25;(1):CD000530.cold
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16437427


La Rhodiole ou Orpin rose : plante anti-stress et stimulante du système immunitaire
L’Orpin rose, Rhodiola rosea, est une plante herbacée de la famille des Crassulacées. Son nom latin vient du grec rhodios qui signifie à odeur de rose.
On la retrouve dans les régions arctiques et montagneuses d’Europe, d’Asie et d’Amérique du nord. Ses racines sont utilisées traditionnellement en Asie et en Sibérie depuis plus de 2000 ans.
Dioscoride site l’Orpin rose dans la « Materia Medica ». Les Vikings l’utilisent pour augmenter la vigueur et l’endurance.
L’orpin rose appartient aussi à la médecine chinoise.
Dans les années 1950 de nombreuses études sont menées en Russie (URSS à l’époque) pour augmenter la résistance des militaires mais aussi pour augmenter les performances des sportifs.
L’orpin rose devient « célèbre » en février 2003 après la parution d’un article dans le journal américain Newsweek qui le décrit comme «a new herbal stress buster».

Dans certains pays, dont la Suisse, l’Orpin rose a un statut de médicament.
En France c’est un complément alimentaire disponible en pharmacie mais aussi dans des magasins bio….
Ce statut de complément alimentaire laisse une grande liberté aux fabricants. Il est donc nécessaire de s’assurer de la qualité des produits proposés.
Les compléments contiennent des extraits secs de racines d’Orpin rose.
On peut aussi le trouver de l’huile essentielle.

L’Orpin rose est une plante adaptogène c’est à dire qu’elle va aider le corps à s’adapter à des situations difficiles en renforçant l’équilibre des systèmes immunitaire, nerveux, endocrine.
L’utilisation traditionnellement de cette plante est le surmenage, la fatigue, l’irritabilité et les situations de  stress,
C’est aussi un très bon stimulant du système immunitaire.

Toutefois certaines précautions d’emploi sont nécessaires.
Il est déconseillé :

  • aux enfants et aux adolescents de moins de 18 ans
  • en cas de maladie hépatique ou rénale grave
  • pendant la grossesse ni pendant l’allaitement
  • ne pas associer en même temps avec des oligo-éléments.

Claire Laville de Lacombe
Docteur en Pharmacie
Diplômée en Phytothérapie & Aromathérapie