Archives pour l'étiquette Maxime d’Aboville

The Servant au Théâtre de Poche: domination et manipulation

AFF-THE-SERVANT1

The Servant avec Dick Bogarde a été un magnifique film de Joseph Losey, scénario de Pinter d’après la nouvelle de Robin Maugham. Le spectacle que met en scène Thierry Harcourt sur la scène du théâtre de Poche, n’a rien à lui envier. Domination, manipulation et ambiguïté au programme.

Tony est un aristocrate riche, velléitaire et porté sur la bouteille et surtout sur la paresse. Pour s’occuper de sa petite personne, il engage Barret, majordome-valet (Maxime d’Aboville d’une noirceur absolue) qui telle une araignée patiente, l’englue dans sa toile faite de bons petits plats et de flatteries. Par maints subterfuges, il l’éloigne de Richard (Adrien Melin), son meilleur ami et de Sally, sa fiancée a priori platonique. Il introduit dans la maison une petite bonne (Roxane Bret) à sa botte qui ne fera qu’une bouchée de Tony. Peu à peu le maître ne sort plus, les autres ne viennent plus. Après un sursaut, il abandonne sa vie et sa personne au valet qui désirait autant sa position que sa personne.

THE SERVANT de Robin Maugham - Mise en scene de Thierry Harcourt - Theatre de Poche-MontparnasseAu début, Tony, Xavier Lafitte, est superbe, beau, sûr de lui. Mais, plus Barret avance dans son jeu pervers, plus les épaules du maître s’affaissent au rythme des verres descendus. Le public rit des répliques assassines de Barret, tellement obséquieux et méprisant vis à vis de Sally, parfaite Alexie Ribes, très juste. Mais au fur et à mesure qu’il assiste à la déchéance de Tony, celui-ci devient  dépenaillé sans plus aucun contrôle sur lui-même et le malaise gagne.

THE SERVANT de Robin Maugham - Mise en scene de Thierry Harcourt - Theatre de Poche-MontparnasseIci règne l’ambiguïté sur fond de domination et de manipulation tout autant que les non-dits et le poids des silences. Les excellents comédiens et la mise en scène fine, font oublier l’étroitesse du plateau. Le décor n’en pâtit pas. Un simple Chesterfield nous transporte facilement dans la bonne vieille perfide Albion.
C’est une pièce complexe qui permet à la sortie d’entamer la discussion après le spectacle au bar du théâtre.