Wasteland terrain vague, Mourad Merzouki à l’Académie Fratellini

 

 

 

Pour son spectacle de Noël « Wasteland terrain vague », l’Académie Fratellini a fait appel à Mourad Merzouki. Le chorégraphe et danseur a adapté son spectacle  créé il y a une dizaine d’années au arts du cirque. Wasteland terrain vague, un west side story, style banlieue de n’importe où en France.

 

Quatre hommes descendent des gradins. Cheveux gominés, costumes noirs étriqués, ils marchent avec des gestes saccadés, comme des robots. Ils tournent autour d’un ensemble de palissades fermées sur elles-mêmes. Estiment, mesurent, sondent, calibrent, reniflent…On devine les promoteurs-requins qui s’intéressent à un espace en déshérence, un désert. Pas si désert en fait Par une fente on voit un oeil,  visage, un bras, un pot de fleurs pathétique…On épie, on surveille, on feinte. La vie, quoi. La vie dans un bidonville. Le décor est planté.

Pendant une heure et quart les danseurs et danseuses racontent des morceaux d’existence, images des zones péri-urbaines où se croisent des voyous, des désœuvrés, des bandes bagarreuses, mais aussi l’amour. Inventivité, humour, virtuosité, Mourad Merzouki construit un spectacle sensible, sans pathos, où il met en valeur les savoir-faire des artistes, des professionnels comme des apprentis.

Mourad Merzouki@Michel Cavalca-LDD MD
Mourad Merzouki@Michel Cavalca-LDD MD

Créée  en 2006,Wasteland terrain vague, la chorégraphie de Mourad Merzouki a été adaptée à la piste circulaire du grand chapiteau de l’Académie Annie Fratellini. Directeur du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val de Marne, danseur,  créateur de la compagnie Käfig, Merzouki mêle les genres, danse contemporaine, hip hop, acrobatie et art du cirque.

Le spectacle qui fait l’objet d’une trentaine de représentations, associe quatre danseurs hip hop professionnels à huit apprentis de l’Académie Fratellini. Pour ces derniers, formés aux arts du cirque, la chorégraphie les amène à intégrer la danse, le suivi de la musique et du rythme, le travail en groupe dans des tableaux construits par une mise en scène très élaborée. Près de six mois de travail ont été nécessaire pour mener à bien ce spectacle.

 

Chaque année, l’Académie fait appel à un professionnel différent pour réaliser avec ses apprentis le spectacle de fin d’année. Le  public ? Des individuels venus de Paris et de la région parisienne (les tarifs sont très doux)  et aussi des salariés et leurs enfants invités par les comités d’entreprises.

L’Académie est un CFA, centre de formation des apprentis aux métiers du cirque, subventionné par le Conseil régional d’Ile de France. Actuellement 26 jeunes, de 18 à 24  ans se préparent à devenir des artistes professionnels, au sein d’une école à la renommée internationale

A cette formation supérieure, l’Académie ajoute de multiples activités artistiques et culturelles Autour de ses infrastructures – un immense chapiteau fixe à charpente en bois, trois studios de répétition – l’Académie accueille des groupes d’amateurs, des artistes en répétition, crée et diffuse des spectacles.

A voir en janvier  L’Apéro Cirque Cabaret mis en piste par Hervé Van der Meulen, et en février les 5e Hurlants signé par de Raphaëlle Boitel, qui s’était formée auprès d’Annie Fratellini.

La beauté et la force de la transmission.

 

Elsa Menanteau

Académie Fratellini

1-9 rue des Cheminots, 93210 Saint-Denis